LA MALADIE,  LA RECHERCHE

Une nouvelle étude liée au système immunitaire dans la maladie de Parkinson

Le comportement des cellules immunitaires dans le sang est tellement différent chez les patients atteints de la maladie de Parkinson qu’il préconise un nouveau type de médicament supplémentaire, capable de réguler le système immunitaire et ainsi d’empêcher la détérioration du cerveau.

Telles sont les perspectives d’une nouvelle étude sur laquelle les chercheurs du département de biomédecine de l’Université d’Aarhus, au Danemark, sont en retard. L’article vient de paraître dans la revue scientifique Troubles du mouvement.

“Le projet de recherche confirme une théorie croissante selon laquelle la maladie de Parkinson est non seulement une maladie du cerveau, mais également un lien avec le système immunitaire. Tant dans le cerveau que dans le reste du corps”, a déclaré Marina Romero-Ramos, professeure agrégée de neuroscience, qui dirige l’équipe derrière l’étude.

Sara Konstantin Nissen, PhD, qui est le premier auteur de l’étude, ajoute:

CETTE CONNAISSANCE POURRAIT À LONG TERME CONDUIRE AU DÉVELOPPEMENT D’UN TRAITEMENT IMMUNO-RÉGULATEUR SUPPLÉMENTAIRE ASSOCIÉ AU TRAITEMENT MÉDICAL ACTUEL AVEC LE MÉDICAMENT L-DOPA, QUI N’A D’EFFET QUE SUR LE CERVEAU ET LES SYMPTÔMES. NOUS PENSONS QU’UN TEL MÉDICAMENT SUPPLÉMENTAIRE POURRAIT AIDER À RALENTIR LA PROGRESSION DE LA MALADIE.

La maladie de Parkinson se caractérise par la lente dégénérescence des neurones du cerveau due à l’accumulation anormale d’une protéine appelée alpha-synucléine. Cela amène les patients à trembler puis aux mouvements lents et raides que beaucoup de gens associent à la maladie.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont soumis des échantillons de sang de 29 patients atteints de la maladie de Parkinson et de 20 sujets témoins à la protéine alpha-synucléine et ont constaté que les cellules immunitaires du sang provenant de patients atteints de la maladie de Parkinson régulaient de manière significative la régulation des marqueurs immunitaires situés à la surface de la cellule. ils sont également moins efficaces pour sécréter des molécules anti-inflammatoires que les cellules de contrôle.

“Le système immunitaire fonctionne dans un équilibre délicat. D’une part, il nettoie les microorganismes invasifs et les accumulations de protéines indésirables, telles que l’alpha-synucléine, et ce, en créant un état inflammatoire. D’autre part, le système immunitaire Il faut également éviter d’endommager les cellules du corps par trop d’inflammation. Apparemment, cet équilibre se détériore dans le cas de la maladie de Parkinson “, a déclaré Sara Konstantin Nissen.

Elle ajoute que, dans les milieux de la recherche, on pense que les cellules immunitaires dans le sang, qui contiennent (ou expriment) un certain récepteur appelé CD163 à leur surface, migrent dans le cerveau des patients atteints de Parkinson. On a pensé que les cellules aident à nettoyer les accumulations de l’alpha-synucléine qui endommagent le cerveau, mais avec la présente étude, il est maintenant suggéré que les cellules en question sont déjà régulées de manière incorrecte dans le sang – avant d’atteindre le cerveau .

“Cela nous porte à croire qu’il serait possible, à tout le moins, de ralentir la dégénérescence des neurones du cerveau des patients atteints de la maladie de Parkinson en régulant le système immunitaire par des médicaments”, a déclaré Sara Konstantin Nissen.

Sara Konstantin Nissen souligne que l’étude suggère de nouveaux moyens de prévenir ou de retarder le développement de la maladie de Parkinson. Pour ce faire, il convient de surveiller de près les personnes présentant un risque accru de développer la maladie de Parkinson, par exemple les personnes chez lesquelles un trouble du comportement du sommeil paradoxal (RBD) a été diagnostiqué, une maladie dans laquelle les patients agissent avec vivacité.

IL SERAIT INUTILE DE DÉPISTER TOUT LE MONDE POUR DÉTECTER DES MODIFICATIONS DANS LES CELLULES IMMUNITAIRES DU SANG. CEPENDANT, NOUS SAVONS QUE PLUS DE LA MOITIÉ DE CEUX QUI SOUFFRENT DE CE TROUBLE DU SOMMEIL DÉVELOPPENT LA MALADIE DE PARKINSON DES ANNÉES PLUS TARD, CE QUI EST UN POINT DE DÉPART ÉVIDENT. D’AUTRES ÉTUDES MONTRENT QUE L’EXERCICE PHYSIQUE PEUT RÉDUIRE L’INFLAMMATION DANS LE CORPS, CE QUI PEUT DONC RÉDUIRE LE RISQUE DE TOMBER MALADE. TOUTEFOIS, LES MÉDECINS ET LES NEUROLOGUES DOIVENT CHANGER D’OPINION, CAR ILS DEVRONT TRAITER LA MALADIE DE PARKINSON COMME ÉTANT PLUS QU’UN TROUBLE DU CERVEAU.

SARA KONSTANTIN NISSEN

Derrière le bureau:

Faits sur le type d’étude: Étude transversale portant sur 29 patients atteints de la maladie de Parkinson et 20 sujets de contrôle en bonne santé du même âge et du même sexe. Les cellules immunitaires du sang (PBMC) ont été purifiées et stimulées en culture avec des fibrilles d’alpha-synucléine. Les marqueurs ont ensuite été mesurés sur la surface cellulaire par cytométrie en flux et sur les cytokines sécrétées par ELISA et Mesoscale. La cohorte étudiée a été collectée par la Hertie Biobank en Allemagne.

Source: www.nouvelles-du-monde.com

Leave a Reply