LA MALADIE

Parkinson: Comment tirer parti d’une meilleure nutrition pour améliorer sa condition ?

Les conseils fournis dans cet article sont issus des recherches les plus récentes. Cependant, n’essayez pas de changer vos habitudes alimentaires d’un seul coup. Vous pourriez vous décourager et possiblement, interférer avec votre traitement médicamenteux. Parlez-en d’abord avec votre médecin ou avec un nutritionniste.

1.    Augmentez votre apport en légumes et fruits colorés

La coloration des fruits et des légumes est associée à la présence de pigments colorés, les flavonoïdes. C’est une importante source d’antioxydants issus de l’alimentation.

Dans la maladie de Parkinson, les neurones dopaminergiques meurent progressivement. Cette mortalité cellulaire s’explique en partie par le stress oxydatif.
Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est un processus similaire à celui de la rouille qui progressivement gruge un morceau de fer trempé dans l’eau.

Donc, si on veut protéger les neurones, on n’utilise pas de l’antirouille mais on prend des antioxydants. Ceux contenus dans notre alimentation sont excellents. Plus les aliments sont colorés et plus ils sont bénéfiques pour le ralentissement de la dégénération cellulaire. Ajoutez donc des portions de fruits et de légumes colorés ainsi que de noix et de graines dans votre alimentation. D’autre part, le vin rouge contient également beaucoup d’antioxydants. Pas plus d’un verre par jour cependant!

Étrangement, cet effet protecteur des antioxydants est plus marqué chez les hommes que chez les femmes, peut-être parce que ces dernières sont déjà protégées par leurs hormones.

2.    Adoptez une alimentation anti-inflammatoire

L’inflammation des neurones dopaminergiques est une autre cause de mortalité de ces cellules. Les intestins sont très sensibles à l’inflammation et leur réponse inflammatoire peut entraîner une réaction inflammatoire également au niveau de cerveau. Des modifications dans vos habitudes alimentaires peuvent donc avoir un impact sur l’inflammation dans vos intestins et donc votre cerveau.

Adoptez donc un régime alimentaire anti-inflammatoire pour vos intestins et protégez votre cerveau. Tous les aliments favorables à la reconstruction de la flore intestinale (les bactéries qui habitent dans nos intestins), à l’imperméabilité de la barrière intestinale (ce qui est dans l’intestin, reste dans l’intestin et ne circule pas vers les nerfs) et qui diminuent la réponse inflammatoire de notre organisme influent positivement sur l’apparition des symptômes et la progression de la maladie de Parkinson.

Le régime méditerranéen est particulièrement indiqué pour les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson. L’apport d’acides gras insaturés (tels que ceux qu’on trouve dans les poissons gras, de type maquereau ou saumon) est également approprié.

3.    Faîtes attention à votre consommation de produits laitiers

La consommation de produits laitiers ne semble par accélérer la progression de la maladie de Parkinson. Cependant, on remarque que les personnes qui consomment plus de trois portions de produits laitiers écrémés ou partiellement écrémés sont plus à risque de développer la maladie.

Si vous aimez les produits laitiers, préférez les produits non écrémés ou essayez les produits fermentés comme le kéfir. Les probiotiques contenus dans les produits fermentés contribuent à la santé des bactéries qui habitent dans notre système digestif. Des études récentes indiquent que la maladie de Parkinsonpourrait être reliée à une modification  du type de bactéries présentes dans l’intestin.

Quoiqu’il en soit, les produits laitiers peuvent entraîner de la constipation, un trouble fréquent chez les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson.

4.    Préférez les produits frais ou surgelés

Des études observationnelles ont montré que chez les personnes qui consomment des fruits et légumes frais, des noix et des graines, de l’huile d’olive, du vin rouge, de l’huile de noix de coco, et des épices  la maladie de Parkinson progresse moins rapidement. Cependant, chez ceux qui mangent des produits manufacturés (boîtes de conserves, plats préparés), des aliments fris, du bœuf, de la crème glacée et du fromage, la progression de la maladie est accélérée.

5.    Évitez les boissons gazeuses sucrées (diète ou non)

Ces boissons contiennent des édulcorants artificiels (produits qui ont un pouvoir sucrant), tels que l’aspartame. Une fois dans l’intestin, ce produit entre en compétition avec la Lévodopa ce qui retarde le délai d’action de votre médicament (le temps entre la prise et le moment où le médicament fait effet). Il semblerait également qu’en présence d’aspartame, les neurones dopaminergiques soient moins capables de libérer la dopamine.

Préférez donc boire de l’eau. SI vous aimez l’eau gazeuse et que vous la prenez en même temps que vos médicaments, sachez que celle-ci accélère la vidange gastrique et donc permet à vos médicaments de se retrouver plus vite dans votre intestin. Ainsi, vous diminuez le délai d’action du médicament et vous augmentez votre temps actif.

Source: parkinsonquebec.ca

Leave a Reply