LA MALADIE,  LA RECHERCHE

Parkinson: un traitement potentiel apporterait des protéines directement dans le cerveau.

Le mois dernier, un implant cérébral qui distribue une protéine pour arrêter les crises chez les rats épileptiques a fait parler de lui. Une étude canado-britannique non apparentée suggère maintenant qu’un implant cérébral chez l’humain, qui fournit la même protéine, pourrait être utilisé pour traiter et même renverser les effets de la maladie de Parkinson.

Dans le cadre de cette nouvelle recherche, 41 sujets – tous atteints de la maladie de Parkinson – ont fait installer dans leur cerveau un système d’administration amélioré par convection. Il s’agissait d’utiliser la neurochirurgie assistée par robot pour placer quatre tubes dans l’organe. L’extrémité ouverte de chaque tube atteignait une région différente du cerveau, dans laquelle la maladie provoquait la mort des cellules dopaminergiques.

Les quatre tubes étaient également reliés à un seul orifice d’administration externe monté sur le crâne, faisant saillie à travers la peau derrière une oreille.

Dans un essai subséquent en double aveugle, tous les volontaires ont reçu des perfusions par ce port, une fois toutes les quatre semaines pendant neuf mois. Et alors que la moitié des participants ont reçu sans le savoir un placebo, l’autre moitié a reçu une protéine de facteur de croissance connue sous le nom de facteur neurotrophique dérivé de la lignée cellulaire gliale (GDNF : Glial Cell Line Derived Neurotrophic Factor). Des recherches antérieures ont suggéré que cette protéine pourrait aider à régénérer les cellules cérébrales dopaminergiques.

Par la suite, des PET scans ont révélé une amélioration de 100 % dans les zones traitées du cerveau du groupe GDNF – en revanche, il n’y a eu aucun changement dans les scintigraphies du cerveau du groupe placebo. Malheureusement, les symptômes de la maladie de Parkinson n’ont été réduits chez aucun des volontaires. Cela peut s’expliquer par le délai qui s’est écoulé entre l’apparition des améliorations biologiques et la réduction prévue de la gravité des symptômes.

Cela dit, tous les sujets testés ont ensuite été mis sur le GDNF pour neuf mois supplémentaires. Après la fin de cette période de traitement, les membres des deux groupes ont présenté une amélioration modérée à importante de leurs symptômes. De plus, il y a eu peu ou pas d’effets secondaires, ce qui suggère que la technique est sans danger.

Il est maintenant prévu de mener une étude à plus grande échelle, dans le cadre de laquelle des doses plus élevées de la protéine seront administrées.

« L’ampleur spatiale et relative de l’amélioration des scintigraphies cérébrales dépasse tout ce que l’on a vu auparavant dans les essais de traitements chirurgicaux des facteurs de croissance pour la maladie de Parkinson « , déclare le Dr Alan L. Whone, chercheur principal de l’Université de Bristol. « C’est l’une des preuves les plus convaincantes que nous ayons un moyen de réveiller et de restaurer les cellules cérébrales dopaminergiques qui sont progressivement détruites dans la maladie de Parkinson. »

Source: www.infohightech.com

Leave a Reply