LA MALADIE

Parkinson: les 6 aliments qui interagissent avec vos médicaments

Plusieurs médicaments peuvent être prescrits pour contrôler les symptômes de la maladie de Parkinson. Il est souvent recommandé de prendre ces médicaments de 30 minutes à une heure avant les repas, mais la raison de cette recommandation est souvent méconnue. Plusieurs nutriments interagissent avec les médicaments, pouvant même nuire à leur efficacité. En quantité modérée, ces aliments sont souvent inoffensifs. C’est plutôt lors d’ingestion importante ou excessive qu’ils peuvent causer des changements dans l’absorption du médicament et même des fluctuations importantes de vos symptômes. Voici donc six aliments et nutriments ayant le potentiel d’altérer l’efficacité de vos médicaments. Avant d’entamer tout changement à vos habitudes alimentaires, consultez votre médecin ou neurologue.

1. Les protéines

Les protéines sont principalement contenues dans la viande, le poisson, les œufs, le fromage, le yogourt, les noix et les légumineuses. Celles-ci entrent en compétition avec la levo-dopa (i.e. sinemet, sinemet CR, stalevo, duopa, levodopa/carbidopa, inbrija, parcopa, rytary) puisqu’elles sont absorbées dans la même partie de l’intestin et utilisent le même transporteur vers le cerveau. Ainsi, il est possible que la levo-dopa soit moins absorbée, et donc que vous ressentiez moins d’effets ou que ceux-ci soient moins rapides lorsque des protéines sont consommées en même temps que la prise de vos médicaments. Il est important de noter que vous ne devriez pas arrêter de manger des protéines, puisque celles-ci sont essentielles au bon fonctionnement des cellules de votre corps. Si vous observez des fluctuations dans vos symptômes, parlez avec votre médecin des possibilités de :

1- prendre vos médicaments plus d’une heure avant les repas,
2- manger la majorité de vos protéines en soirée (les fluctuations auront moins d’impact sur votre temps actif de la journée)
3- diviser votre apport en protéines en petites quantités tout au long de la journée.

2. Les boissons gazeuses

Les boissons gazeuses sont à proscrire puisqu’elles contiennent des édulcorants artificiels, comme l’aspartame, utilisés pour leur capacité à sucrer sans augmenter le nombre de calories. L’aspartame est principalement présente dans les boissons gazeuses dites légères ou sans sucre, tout comme dans d’autres aliments comme les bonbons, les céréales, certains yogourts et autres boissons (eaux aromatisées, thé glacé, jus de fruit). Une fois dans l’intestin, l’aspartame est métabolisée en plus petites molécules, dont la phénylalanine. Cette molécule compétitionne avec la levo-dopa pour être absorbée par l’intestin et interfère avec le transport de la dopamine dans le cerveau. Ceci augmente donc le temps avant que votre médicament fasse effet et réduit la capacité des neurones à libérer la dopamine. Il est donc conseillé de ne pas consommer de boissons gazeuses ou tout autre aliment contenant de l’aspartame lors de vos prises de médicaments.

3. La vitamine B6

La pyridoxine, aussi appelée vitamine B6, est un nutriment essentiel à une saine alimentation. Toutefois, en trop grande quantité, elle réduirait l’activité de la levo-dopa lorsque cette dernière est donnée seule (i.e. pas combinée à la carbidopa). Ceci est rare et concerne principalement le médicament Prolopa, lequel est constitué de levo-dopa et de bensérazide. La vitamine B6 se retrouve dans les poissons gras (thon, saumon, morue), les abats, la volaille, les pois chiches, les pommes de terre, les bananes, les arachides et les céréales à grains entiers. Cet effet indésirable semble avoir lieu lorsque 50mg et plus de vitamine B6 sont consommés quotidiennement, alors que l’apport journalier recommandé est de 1.5mg pour les femmes et 1.7mg pour les hommes par jour pour les personnes de plus de 50 ans. Ainsi, la dose néfaste nécessite une très grande ingestion de vitamine B6, laquelle pourrait être atteinte si vous prenez des suppléments de cette vitamine ou si vous mangez en très grande quantité les aliments mentionnés-ci haut.

4. Le fer

Il semblerait que le fer puisse se lier avec le levo-dopa et donc réduire la quantité absorbée. Ceci surviendrait seulement si des quantités très élevées de fer sont présentes dans votre système digestif en même temps que vos médicaments. Ces quantités sont atteintes surtout chez les personnes qui doivent prendre des suppléments en fer dû à une autre condition médicale comme l’anémie, l’endométriose ou l’inhabilité à absorber le fer (ex. maladie céliaque ou by-pass gastrique). Ainsi, si vous prenez des suppléments de fer, discutez avec votre médecin de cette possible interaction médicamenteuse et de comment un juste milieu pourrait être atteint entre la quantité de fer nécessaire et l’impact sur vos médicaments pour le Parkinson.

5. La friture

Tous les aliments difficiles à digérer, principalement ceux qui ont une teneur élevée en gras, comme la friture, les sauces crémeuses, les croustilles et les fromages, retardent l’absorption des médicaments et peut donc générer des fluctuations de vos symptômes. La constipation réduit également l’efficacité des médicaments; il faut donc éviter de manger en même temps que la prise de vos médicaments les aliments vous causant une constipation.

6. La tyramine

La tyramine se retrouve dans des aliments tel que l’alcool, les fromages vieillis, les charcuteries, le chou fermenté et les produits de soya. Si vous prenez des médicaments dits inhibiteurs de monoamine oxydase B, aussi appelés MAO-B, telles la rasagiline (Azilect), la sélegiline (Eldepryl) ou la safinamide (Xadago), il est recommandé de faire attention à votre apport en aliments qui contient une très grande quantité de tyramine (plus de 150mg). En effet, ces médicaments pourraient réduire l’efficacité de votre système à dégrader la tyramine, et donc augmentée les concentrations de celle-ci dans votre corps. À des niveaux très élevés, la tyramine peut causer de la haute pression sévère, ce qui est à prendre au sérieux.

Pensez à suivre ces quelques conseils

Somme toute, l’important est d’avoir une alimentation équilibrée tout en évitant l’ingestion excessive des aliments mentionnés ci-haut. Prendre ses médicaments au moins de 30 à 60 minutes avant les repas permettrait de réduire les possibles interactions alimentaires et médicamenteuses. Avant d’entreprendre des changements significatifs à votre alimentation, il est impératif d’en discuter avec votre médecin ou nutritionniste.

Source: www.parkinsonquebec.ca publié par Alexandra Potvin-Desrochers

Leave a Reply