LA RECHERCHE

Un « pacemaker cérébral » pour traiter les maladies neurologiques (Parkinson)

Le circuit électrique, d’environ 3,5 mm de large, est relié à une batterie extérieure disposant d’une autonomie de 11 heures. © UC Berkeley, Rikky Muller 

Utilisée depuis plusieurs années dans le traitement de la maladie de Parkinson ou l’épilepsie, la stimulation électrique cérébrale vient de connaître une nouvelle avancée : une startup a créé un implant capable d’analyser simultanément l’activité du cerveau et de délivrer les impulsions adaptées en retour.

Depuis plusieurs années, la stimulation cérébrale profonde consistant à envoyer des impulsions électriques de basse fréquence a montré des résultats probants pour certaines maladies neurologiques. Chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, elles réduisent par exemple nettement les tremblements ou les dyskinésies. La méthode paraît également prometteuse dans le traitement de l’épilepsie, la dépression, les troubles du comportement alimentaire ou encore certaines addictions.

Des stimulations électriques très difficiles à régler

Le problème, c’est que les paramètres de stimulation sont extrêmement complexes à ajuster. Les signaux avant-coureurs d’une crise de tremblements ou d’épilepsie sont souvent ténus et il faut parfois plusieurs années avant de trouver le traitement adéquat. La startup Cortera Neurotechnologies, basée à Berkeley en Californie, a mis au point pour la première fois un « pacemaker cérébral » capable d’enregistrer simultanément l’activité électrique du cerveau et de délivrer les impulsions en retour. Un exploit, car les impulsions de l’implant ont une puissance bien supérieure aux courbes d’activités naturelles du cerveau et rendent donc ces dernières quasi inaudibles. « C’est comme essayer d’observer des petites ondulations dans un étang tout en éclaboussant très fort avec ses pieds », illustre Rikky Muller, professeur assistante en sciences informatiques à l’université de Berkeley et cofondatrice de Cortera Neurotechnologies.

La puce est capable d’éliminer le « bruit » généré par la stimulation de l’implant aux signaux électriques naturels du cerveau. © UC Berkeley, Rikky Muller 

Une puce intelligente qui élimine les signaux parasites

Pour y parvenir, la startup s’est associée à l’université de Berkeley pour concevoir une puce intelligente qui « soustrait » le signal des impulsions des enregistrements afin de détecter l’activité propre du cerveau. Cette approche « en boucle fermée » permet d’analyser les effets directs de la stimulation et donc d’ajuster la réponse à apporter. L’implant se « reprogramme » automatiquement, avec à terme un ciblage plus fin, une réduction de la puissance des stimulations et donc les effets indésirables. L’implant n’a pour l’instant été testé que chez le singe, mais les chercheurs espèrent le miniaturiser pour l’utiliser chez l’homme.

Miniaturiser les implants, l’autre pari de Ni2o

La miniaturisation, c’est justement ce qu’a réussi la jeune medtech Ni2o, hébergée par l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) à Paris. Son appareil nommé Kiwi, pas plus gros qu’un grain de riz, est capable d’interagir avec les neurones du patient en analysant son environnement. Introduit via la cavité nasale sans chirurgie lourde, l’implant combine des stimuli électriques et lumineux pour « reprogrammer » des réseaux de neurones.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • La startup Cortera Neurotechnologies a mis au point un implant intelligent de stimulation cérébrale.
  • Grâce à l’intelligence artificielle, l’appareil élimine les bruits parasites pour mieux détecter la réponse du cerveau.
  • La prochain défi de ces implants concerne la miniaturisation pour éviter les interventions chirurgicales.

Article publié le 29/01/2019 par Celine Deluzarche (journaliste) sur: www.futura-sciences.com

Leave a Reply